Va ! chemine, va ! trottine …

Jusqu’à ce jour, j’employais le verbe « cheminer » pour caractériser mes tâtonnements de développement personnel.

Mais d’après mon dictionnaire, le sens premier de ce mot est plutôt « avancer sur un chemin long et pénible », ce qui ne semble pas en ligne avec les préceptes de la Pente Douce (les bulles, etc …).
J’envisage donc d’utiliser désormais des verbes plus doux, comme baguenauder, flâner, muser ou encore musarder, ce qui serait en somme plus approprié au vu de la vitesse quasi-nulle de ma progression intérieure.

Ou même « flânocher », dont la saveur désuète me motive au plus haut point.

P.S. : le titre complet était « Va ! chemine, va ! trottine, va ! petit âne, va de-ci, de-là, cahin-caha, le picotin te récompensera », mais ça débordait de l’écran

Publié dans Perso | Tagué , , | Laisser un commentaire

Tu me mets un plus d’emphase, coco ?

Je me le répète souvent : je ne suis pas assez emphatique.

A notre époque où le mot « génial » est utilisé pour caractériser des choses qui n’auraient même pas fait frémir un sourcil de mon grand-père, il me faudrait sans doute choisir un titre plus percutant pour ce blog si je voulais qu’il émerge de la brume du web où errent les sites fantômes.
Une hyperbolisation mot à mot pourrait donner quelque chose comme ceci : « En falaise abrupte – laisse tomber ».

Mais à vrai dire, je ne trouve pas ça génial.

 

Publié dans Perso | Tagué , , | 1 commentaire

Trop d’o nuit

Il m’est arrivé une heureuse surprise, et lorsque je l’ai annoncée, on m’a répondu :
« Mais c’est coooool », en étirant le mot « cool ».

Intuitivement, cette avalanche de « o » m’a fait douter que mon interlocuteur se réjouissait vraiment de ce qui m’arrivait.
Après plusieurs observations consécutives, il me semble même qu’au delà de trois « o », je suis en droit de douter totalement de la sincérité de mon interlocuteur.
Et ce, même s’il sourit en disant cela : car parfois la joie est scélérate.

Publié dans Perso | Tagué , | Laisser un commentaire

Sans commentaires

Dans le monde enchanté de la pente douce, le moment du café occupe une place privilégiée.

En général, cela déclenche une sorte de logorrhée enthousiaste visant à décrire au mieux la magie de l’instant. Mais s’il s’agit d’un cappucino graphique servi sur une terrasse au soleil, cela se passe de tout commentaires.

Publié dans Perso | Tagué , | 1 commentaire

T’cheval blanc

Brève immersion dans le monde québécois, ses coutumes et son franc-parler.

Je connaissais l’auberge du cheval blanc, dont l’origine se situe à Sankt Wolfgang im Salzkammergut. Je découvre à quelques milliers de kilomètres de là un sosie qui galope fièrement sur une petite bière. Une rapide googlerie m’a révélé un fait troublant sur les origines de cette brasserie, et notamment sur le serveur à gauche sur la première photo.

Je vous laisse analyser et méditer cette info.

Publié dans Perso | Tagué , | Laisser un commentaire

La vie Goldberg

Goldberg, c’est ce monsieur qui inventait des machines complexes pour réaliser des actions simples.

Cette nuit, notre philosophe de garde a eu une idée : il a trouvé que la vie, c’est un peu comme une machine de Goldberg.
Lorsqu’on retrace l’enchaînement des faits qui ont conduit à devenir ce que l’on est, on est étonné par la diversité* et l’hétérogénéité des facteurs et événements qui se sont succédés et combinés pour aboutir au résultat final.

* Nota : hérédité, hasard, choix personnels, interférences bien- (ou mal-) veillantes … la liste est longue.

 

 

 

Publié dans Perso | Tagué , , | Laisser un commentaire

Mon ami Jean-Jacques

Je viens de relire quelques fragments des « Rêveries du promeneur solitaire ». A l’évidence, Jean-Jacques et moi partageons la même aptitude naturelle à rêvasser.

En particulier, comment ne pas me reconnaître dans ces quelques mots : « La rêverie me délasse et m’amuse, la réflexion me fatigue et m’attriste. »

Ou encore : « Quelquefois mes rêveries finissent par la méditation, mais plus souvent mes méditations finissent par la rêverie, et durant ces égarements mon âme erre et plane dans l’univers sur les ailes de l’imagination, dans des extases qui dépassent toute autre jouissance. »

Publié dans Perso | Tagué , | Laisser un commentaire

Le triste destin des quignons de pain

L’unité de Recherche PenteDouce-II vient tout juste d’achever une étude pour identifier les causes de la mortalité des quignons de pain.

Les statistiques sont sans appel : plus de 50% de la mortalité a lieu dans le trajet de retour de la boulangerie. Il est important de noter que le mode de transport influe fortement sur ce taux : Si le retour se fait à pieds, le taux monte à 100%, alors  que l’usage du vélo est associé à un taux de quelques pour cent seulement.

Un complément d’analyse a mis en évidence que la plupart des cyclistes hésitent à lâcher leur guidon, ce qui préserve l’intégrité de la baguette.
Notre équipe recommande donc de légiférer et de rendre obligatoire l’usage du vélo pour se rendre à la boulangerie. Cette simple mesure permettra d’augmenter sensiblement l’espérance de vie des quignons (et peut-être contribuer à limiter l’impact du réchauffement climatique*).

*Nota : c’est une hypothèse du stagiaire de 4ème qui travaille dans notre labo, mais bien évidemment cela reste à démontrer.

Publié dans Info | Tagué , , | 1 commentaire

Un sonotone pour les murs ?

Il est paradoxal qu’un adage affirme que les murs ont des oreilles, alors que lorsqu’on parle à un mur, on n’est pas entendu.

C’est en tout cas une expérience désagréable que de tenter de communiquer avec un interlocuteur « mur » : ses réponses, lorsqu’il daigne en faire, n’ont souvent rien à voir avec ce que vous avez dit. Le « mur » semble répéter des phrases entendues ici ou là, en tirant au hasard des réponses à vos question*.

Il y a deux explications possibles : soit les « murs » ont besoin d’un sonotone, soit ce comportement n’est que le résultat de leur nature intrinsèque, puisque les pierres n’ont pas d’humanité, pas de cœur battant qui leur permettrait d’écouter, comprendre et dialoguer.

* tirage non exhaustif, la répétition des mêmes réponses est fréquente

Publié dans Perso | Tagué , , | Laisser un commentaire

Brise d’Océan

C’est une sensation inhabituelle pour moi que de contempler un rivage à marée basse, tandis qu’une brise fraiche m’apporte des senteurs fortes de varech iodé.

Ici, on perçoit la puissance de l’océan, même si elle semble provisoirement apaisée. Ce n’est pas la douceur méridionale de la Méditerranée, c’est une force brute qui feint de somnoler.

Et je la regarde, fasciné, tandis que la marée montante s’empare peu à peu des îlots de sable, engloutissant les crabes chamailleurs qui se poursuivaient au soleil.

Publié dans Perso | Tagué , , | Laisser un commentaire